J'ARRIVÉ...!

Sinopsis

J’arrive…! Me voilà! Je suis sur le point d’arriver. Je cours depuis plus de 10 ans.

Dans J’arrive…! , on retrouve un peu tout ce que nous avons dit au long de ces 10 dernières années, mais dit sous la perspective d’aujourd’hui…

J’arrive…! est un point à la ligne, la fin d’un cycle, mais pas un point final, car on n’arrive jamais vraiment ; il s’agit de continuer à courir.

 

Au cours des dix dernières années, je l’ai vue dans des spectacles comme Aiguardent, Blanc d’ombra (quel hommage à Camille Claudel!), Mira’m, Eterno? Aixà si que no!, Ga-gà. Dans chacun d’entre eux, j’ai vécu une espèce d’ «abduction »; j’ai été transportée au plus profond de leur âme. Âme, corps, coeur, cassure, vide, triste regard, tendresse, dérision, lutte, ardeur, rire, sourire, solitude.

Âme, corps, coeur, cassure, vide, triste regard, tendresse, dérision, lutte, ardeur, rire, sourire, solitude. En 10 ans…. … J’arrive…!
Carme Portaceli

carte artistique

Creation: Marta Carrasco
Direction: Marta Carrasco, Carme Portaceli
Interprète: Marta Carrasco, Adrián Devant, Carme González, Xavi Sáez, Cristina Sirvent
Espace scénique: Lluís Danés
Assistant de direction: Tays Sampablo
Lumiére: Quico Gutiérrez
Montage musical: José Antonio Gutiérrez

Presse

Marta Carrasco termine avec sa dernière production, J’arrive …!, Sa résidence de deux ans au Teatre Nacional, obtenant l’une des meilleures notes. Ceci est soutenu, surtout, par la réponse complice d’un public à qui il importe peu que le Carrasco danse ou joue; ce qui compte pour vous est ce qui vous dit et comment vous le dites. Son cabaret visuel, parfois énigmatique, éviscéré ou touchant, tout en même temps, mais toujours fascinant, avec sa mise en scène stupéfiante a été répété dans J’arrive …!
Rosli Ayuso

Periodista, El Mundo, 29/06/2006

L’œuvre est une tournée intense du travail chorégraphique de Marta Carrasco. Ce voyage est marqué par l’obsession et la séduction, deux éléments que l’auteur utilise avec intelligence. J’arrive …! captif depuis le début. Les interventions du danseur et du chorégraphe, presque toujours seules, ont un grand impact. Depuis son incarnation avec Camille Claudel dans Blanc d’Ombra, son geste et son regard sont marqués par ce personnage. A cette image passionnée s’ajoute sa beauté et sa sensualité, qui dans ce spectacle s’exprime au maximum.

Carmen del Val

Periodista, El País, 01/07/2006

contact

13 + 3 =

Share This